Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Coup de Théâtre - Meylan en Isère

LA TROUPE

 

 

LE MOT DU METTEUR EN SCENE

LA Troupe de Coup de Théâtre est un voilier magnifique!
Quel plaisir de naviguer avec les 6 matelotes-comédiennes que sont Brigitte, Dominique, Laurence, Marie-Christine, Sabrina et Thérèse.
Depuis 2010, date à laquelle nous avons embarqué ensemble, souffle un vent qui nous fait voyager maintenant avec deux spectacles que nous présentons dans beaucoup de contrées aux rivages toujours différents et exaltants.
Travail. Rigueur. Fantaisie et Rires nous accompagnent.
Et chaque fois, c'est un bonheur  pour moi de préparer mon paquetage et de les rejoindre pour - toutes voiles dehors, sur le pont ou dans les soutes -  préparer, façonner, chercher, répéter, sculpter une mise en scène.
LA Troupe de Coup de Théâtre, c'est du "Bel Ouvrage". 
Une aventure humaine et artistique peu commune.
Un troisième spectacle se prépare et va voir bientôt le jour. Nous voyons peu à peu les lumières du port briller à l'horizon....

 

 

 

 

LES COMEDIENNES  


« LA Troupe » est constituée de 6 femmes qui se connaissent très bien puisqu’elles travaillent ensemble depuis longtemps : Thérèse Bellat, Dominique Dinvaux, Laurence Guillemin, Brigitte Lefrère, Sabrina Poinçot et Marie-Christine Richoux.

Leur répertoire est un répertoire d’auteurs contemporains qui présente des personnages féminins posant des questions sur la société : rapport homme-femme, condition de la femme, libéralisation de la femme, rêve des femmes, la femme moderne qu’est-ce que ça veut dire ? etc

Un travail de choeur, une présence continue sur scène et des moments très chorégraphiés caractérisent leur jeu actuel.

Les comédiennes partagent leur amour et passion pour le spectacle vivant avec le public en lui offrant, dans chacune de leurs productions, un moment haut en émotions et surprises.

Au-delà des répétitions hebdomadaires, chaque comédienne s'investit personnellement dans des formations théâtrales diverses comme des stages animés par des professionnels sur des thématiques ciblées telles que : le masque neutre, la comédia, l'animalité des personnages, le personnage et le comédien, lumière et dramarturgie...

 

 

LA TROUPE

 

 

SPECTACLES A L'AFFICHE

 

 

- PSCHITT !! "Causeries volubiles pour six femmes" ( 1 h 05)

Mise en scène : Benoit Olivier

Synopsis :

Un spectacle composé de bribes, de petites coupures, de fragments d’histoires, de petits événements croqués à chaud, comme des instantanés. Un kaléidoscope où chaque texte apporte sa propre fin. On pourrait tous les mélanger comme un grand jeu de cartes. Un univers fantasque, léger et croustillant. ….. Six femmes dans un ballet théâtre…. Tour à tour poètes, en colère, amoureuses, ivres de vie , joyeuses, espiègles, provocantes, séduisantes….

Le mot du metteur en scène

C'était l'occasion pour moi de créer un univers original se voulant léger et fantasque, un univers ou se dégageraient des atmosphères, des "moments bulles" ou théâtre et chorégraphie se mêlent. Construction originale mettant en scène ces 6 comédiennes en leur demandant d'être constamment sur le plateau. Chacune avec son énergie , chacune avec sa présence.

Le choeur antique a été à la base de mon travail, pour transporter le public dans ce tableau aux milles facettes.

Il étaye les textes d'auteurs aussi différents que Raymond Devos, Henri Michaux, Catherine Blanchard, Amédée Fretin, Jean-Michel Ribes, Guy Foissy.....

 

 

Les Avenières
Les Avenières
Les Avenières
Les Avenières
Les Avenières
Les Avenières
Les Avenières

Les Avenières

 

 

- L'ENFER PARMENTIER 

Adaptation de la pièce de Georges Perec " La poche Parmentier"  (1 h 15)

Adaptation et Mise en scène : Benoit Olivier

 

 

Synopsis :

Six femmes se retrouvent dans un espace de huis clos, se battent, se déchirent, s'aiment, se fuient, mais continuent inlassablement, comme une punition, à éplucher des pommes de terre.

Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles là? Est-ce le purgatoire, la prison, l'asile?

A tour de rôle, elles prennent la parole et se laissent embarquer dans leurs rêves, souvenirs, suppositions, découvertes : le fourmillement de leur imaginaire est leur seule chance de survie.

A tour de rôle, l'une d'elles est le gardien-serviteur-nourrice-juge qui les surveille, empêche les débordements et les remet à leur place pour reprendre la corvée d'épluchure. Plus de logique, plus de raison... Juste la magie des mots, le délire des jeux de mots, la poésie, la surprise, le rêve... Une création qui sort de l´ordinaire.

Le mot du metteur en scène :

Après avoir mis en scène "Pschitt !! Causeries volubiles pour 6 femmes", univers léger et pétillant, teinté de tendre poésie, j'ai eu envie de mettre à nouveau en scène ces 6 femmes, cette fois-ci dans un univers intrigant, désopilant et sombre.

L'écriture de Georges Perec dans "La poche Parmentier" m'offrait cette possibilité, et m'a donné l'idée d'adapter pour ces comédiennes, cet univers fascinant.

"L'enfer Parmentier" est un espace intemporel où, tel un cabaret Brechtien, on joue à jouer.

Les comédiennes, personnages-pantins-marionnettes, vont, dans cette mise en abîme,  "naviguer" dans les différents niveaux de ce labyrinthe mental, véritable château de cartes où les rôles se redistribuent constamment.

Restant fidèle au texte de Georges Perec, je voudrais que le public, happé par ce manège infernal, ressorte de ce spectacle comme d'un rêve.

LA TROUPE
LA TROUPE
LA TROUPE
LA TROUPE
LA TROUPE
LA TROUPE

 

 

 

ALBERTINE EN CINQ TEMPS  (1 h 20 )

Oeuvre de Michel Tremblay

Mise en scène : Benoit Olivier

Synopsis

C’est l’histoire d’une femme, Albertine, qui, âgée de 70 ans et se retrouvant complètement seule dans une maison de retraite, fait le point sur sa vie à travers un dialogue avec ses « moi » à cinq âges différents: 30, 40, 50 et 60 ans.

Elle parle aussi avec Madeleine, sa sœur cadette, décédée depuis longtemps, et qui, en fantôme hors du temps, discute elle aussi avec les Albertine des cinq autres époques.

Ainsi on découvre, au fur à mesure des joutes verbales entre les cinq Albertine et Madeleine, la vie d’Albertine, mais sans jamais suivre la chronologie  des évènements.

Chaque personnage va donner son point de vue et apporter une lumière différente sur un même évènement.

Les différentes Albertine deviennent tour à tour victimes, accusées, témoins, juges, impitoyables, sarcastiques, moqueuses...

Quant à Madeleine, c’est la sœur adorée et jalousée, celle qu’Albertine aurait voulu être mais qu’elle ne pouvait être. Madeleine le dit d’ailleurs très bien à un moment de la pièce: elle sait se contenter d’un « petit bonheur médiocre » alors qu’Albertine est celle qui se complaît dans un « grand malheur tragique ». 

Le mot du metteur en scène :

« Albertine, en cinq temps », de Michel Tremblay, est le troisième spectacle que je mets en scène avec LA Troupe de Coup de Théâtre. Avec le désir de garder les 6 mêmes comédiennes. Ce texte m’en offre l’occasion et me permet de conserver la « pâte artistique » que j’ai développée dans les deux précédentes créations : les comédiennes et leurs personnages demeurent tout le temps du spectacle sur le plateau.
J'ai voulu une mise en scène épurée - pas de décor, un plateau nu et un accessoire par comédienne - mettant en valeur l'essence même des personnages et le tissu relationnel qui se raconte sous nos yeux dans cette "chambre de fantômes". 
Les personnages évoluent comme sur un échiquier, et la mise en scène, linéaire au départ, éclate peu à peu. Pas de musique : c’est l'univers coloré et graphique des projections vidéo sur les costumes des comédiennes et l'espace, qui est la partition musicale, la bande-son de cette création. 
Comme dans tous mes spectacles, on retrouve la forme chorégraphiée, précise et tenue, que j'aime exprimer sur scène. Au service du texte, des actrices, et des personnages. 
 

LA TROUPE
LA TROUPE
LA TROUPE
LA TROUPE
LA TROUPE
LA TROUPE
LA TROUPE
LA TROUPE
LA TROUPE
LA TROUPE

 

 

JOURNAL D'UNE CREATION

 

 

Chapitre 1

LA question que se pose régulièrement une troupe de théâtre amateur est :

"Quel nouveau projet, excitant pour les comédiens et enthousiasmant pour le public va-t-on monter ?"

LA Troupe de Coup de Théâtre a une petite contrainte : Nous sommes six femmes. "Et alors?" nous direz-vous. Et alors…choisir un texte de qualité, avec des personnages intéressants à construire pour chacune, et un sujet que l’on souhaite porter sur plusieurs années n’est pas une mince affaire.

Benoit Olivier, notre metteur en scène depuis plusieurs années, n’a pas eu peur d’adapter pour nous des pièces contenant au départ des rôles masculins. Après avoir exploré avec « Pschitt !! » l’univers des femmes et  avec « L’enfer Parmentier » l’univers de l’enfermement, début 2015, nous avons longuement lu, recherché, échangé, relu, re-échangé, débattu pour finalement arrêter notre choix, à l’unanimité, sur une pièce d’un auteur québécois.

Victoire ! Nous tenions là un texte brillant, écrit pour six femmes.

Le titre? Nous le gardons encore secret car nous tenons à ce que notre public et nos lecteurs aient la surprise au dernier moment!

Nous voilà donc avec ce texte entre les mains, un week-end d’avril 2015, au Clos des Capucins. Une première lecture à la table nous permet de découvrir que la langue utilisée, le Joual, va être un peu complexe à jouer. Il y a en effet une forte empreinte Québécoise, qu’il va nous falloir conserver, sans dénaturer le propos, pour permettre au public français de comprendre les subtilités des personnages et de la dramaturgie. Nous nous engageons alors dans un énorme travail de plusieurs mois de relecture, de « traduction, adaptation en français », de conservation de certaines expressions Québécoises, pour aboutir au final à un texte fidèle à la poésie des mots et à la musicalité de ses phrases.

Fin juin 2015, un nouveau travail à la table est  nécessaire pour que Benoit puisse faire la distribution des rôles. Nous avons l’été pour chacune commencer à nous imprégner de notre personnage, lui créer son univers, son état d’esprit, sa psychologie.

Nous retraçons aussi une sorte de biographie des personnages, pour situer l’époque, les lieux fréquentés, le reste de la famille, les relations entre ses membres.

Tout « ce travail à la table », comme on dit dans notre jargon, qui a suscité de nombreux débats, questionnements, permet à chaque comédienne de nourrir son propre personnage et de comprendre les articulations, les relations existant avec les autres. Travail passionnant et passionné.

Fin Août 2015, nous nous retrouvons deux jours pour travailler sur le démarrage de la pièce. Impros, lectures, essais de mise en scène. Ces deux jours passés en immersion complète nous confortent dans l’idée que cette pièce est très riche, forte en émotions. Le travail va être intense mais nous sommes ravis de porter ce projet !

A très bientôt pour la suite de notre journal…

LA TROUPE

 

 

 

Chapitre 2

 

C’est la reprise du travail sur  notre nouvelle création !

Nous l’avions mise entre parenthèse le temps de préparer notre soirée au Théâtre du  Laussy (Gières) avec «  l’Enfer Parmentier ». Parce que oui, c’est ça aussi la vie de LA Troupe, se replonger dans un autre univers, reprendre les répétitions sur un autre texte, avoir le bonheur de rejouer dans une belle salle, et d’échanger avec le public.

Et puis c’est le retour à la nouvelle pièce, apprendre un nouveau texte, se réinvestir à 100% sur ce nouveau projet.

Nous voilà donc de retour sur le plateau de notre salle de répétition du Haut Meylan.

C’est un vrai travail d’équipe que nous entreprenons. Chacun propose, suggère. Benoit nous guide, nous laisse improviser : « On garde ! » « On ne garde pas ! ». On avance, on fait un filage. On reprend, on refait un filage, on tente de nouvelles choses, des intonations, une nouvelle gestuelle. On prend conscience de nos corps dans l’espace, de nos voix.

Apprivoiser une nouvelle atmosphère.

Notre volonté d’aller voir ailleurs, d’essayer d’autres choses, nous pousse vers les nouvelles technologies : et pourquoi ne pas utiliser la vidéo pour créer nos lumières ? Terre inconnue mais passionnante à découvrir. Nous ne sommes pas seuls dans cette aventure : l’Hexagone, scène nationale Art-Sciences, nous aide dans notre réflexion par leur savoir-faire et leurs connaissances. Nous avançons prudemment car les pièges sont nombreux quand on s’aventure vers l’inconnu et les contraintes du théâtre amateur nous rappellent à l’ordre : typologie des salles où on joue, déplacements dans les voitures personnelles, coûts etc.

Nous faisons également des recherches sur les costumes qui s’adapteraient à cette mise en scène. Quel tissu, quels coloris, quelles formes ?

Les répètes, les rencontres avec l’Hexagone, la recherche d’une costumière, d’un vidéaste……

Et dans toute cette effervescence,  ne pas oublier la volonté de mettre en valeur le travail des comédiens au service d’un personnage, d’une écriture ici très poétique et musicale. Mais tout est plus simple : nous nous connaissons tellement bien.

Nous démarrons cette année 2016 avec de belles perspectives et sommes motivés plus que jamais par ce nouveau projet !

A très bientôt pour la suite de nos aventures…

 

 

 

Chapitre 3

Nous avons choisi de ne plus travailler seuls et de partager avec d’autres amateurs ou professionnels, spécialisés chacun dans leur domaine, le plaisir mais aussi les contraintes et les difficultés de la construction d’un nouveau spectacle. La pièce choisie et la mise en scène s’y prêtant, nous avons décidé que seules les vidéos projetées sur les costumes ou au sol traduiront les différentes atmosphères de notre création et pour ce faire, nous avons besoin de spécialistes.

Avril 2016.

Nous venons de consacrer 3 mois à la recherche de contacts pour monter un  collectif d’amateurs et de professionnels autour de notre projet. Certains spécialisés dans la création vidéo pour projection sur costumes, les autres dans la création de costumes adaptés à la projection vidéo. Nous avons exploré plusieurs pistes : Atelier d’insertion couture pour femmes, Ecole supérieure en vidéo, université, lycée professionnel, couturière intermittente, vidéaste professionnel etc

Toutes ces rencontres ont été très riches. Nous pouvons à chaque fois palper l’intérêt et l’enthousiasme de nos interlocuteurs pour ce projet. L’Hexagone nous soutient et nous accompagne dans cette démarche collaboratrice. Tout doit être réfléchi, pensé, le budget, les demandes de subventions, la qualité des intervenants, le planning à tenir. Nous devons tenir compte des contraintes de tous et faire avancer ce beau projet.

Côté mise en scène et texte, nous avons avancé sur la dramaturgie de la pièce, ses enjeux, les messages que l’auteur souhaite faire passer. Nous avons « disséqué » chacun des personnages afin de donner un sens à leur vie. Nous avons défini leur psychologie au moment des faits relatés, de leur âge respectif. Nous avons établi une sorte de constellation familiale et fait une analyse sociale de cette pièce qui s’avère être intemporelle et très actuelle.

Nous sommes arrivés à un moment crucial de notre projet.

Notre prochaine échéance : Mai 2016.

Nous devrons faire le choix de notre équipe (costumières, vidéastes) qui pourra le mieux mettre en valeur la dramaturgie de la pièce et répondre à nos attentes. Ce choix doit être fait avant l’été afin que chacun puisse avoir une lecture attentive, approfondie de la pièce, s’imprégner de l’ambiance, assister à un filage, faire des premiers croquis et laisser mûrir tout cela pendant l’été... Nous avons hâte de pouvoir collaborer, partager avec d’autres artistes créateurs sur ce projet. Allier amateurs et professionnels, s’engager sur un projet novateur pour mettre en lumière un spectacle fort que nous sommes fiers de porter, voilà ce qui nous motive et nous conforte dans le choix de cette aventure.

Nous gardons encore le suspense sur la pièce choisie. Peut-être dans le prochain chapitre ?

A très vite… 

 

 

Chapitre 4

 

Nous  y sommes… le choix des partenaires pour monter notre collectif de créateurs artistiques est fait !

Nous sommes ravis de collaborer avec les Ateliers Marianne pour la création des costumes (atelier d'insertion professionelle pour femmes situé à Pont de Claix) et avec La Maison de l’image (Association en ZEP dans la galerie de l’Arlequin à Grenoble) pour la création et projection d’images sur costumes.

Cette aventure prend forme…

Le vidéaste est venu assister à une répétition afin de s’imprégner de la pièce. Des 1ers essais vidéo ont été réalisés. Un groupe d’étudiants de l’IFTS va travailler prochainement sur la captation des images et la création de la vidéo qui sera projetée sur les costumes des comédiennes.

Nous nous sommes rendus aux Ateliers Marianne où tous les protagonistes de cette belle aventure se sont rencontrés pour, échanger, faire des propositions. Nous repartons avec des idées, des images plein la tête.

Maintenant, nous avons hâte de voir les premiers essais d’images projetées, les échantillons de tissus, les premières esquisses des costumes qui viendront habiller nos Albertines et Madeleine.

Mais au fait, vous devez vous demander qui sont Albertine et Madeleine ?

Voilà le moment de vous dévoiler enfin le titre de la pièce choisie pour cette belle aventure !

« Albertine en cinq temps… » de Michel Tremblay.

Allez, rien que pour vous, voici le pitch de la pièce :

«  Albertine a 70 ans. Arrivée dans une maison de retraite, seule, elle devra faire face à un passé trouble, et revoir la femme qu'elle a été :

la femme en équilibre au bord du gouffre de ses 30 ans,

la femme enragée des 40 ans,

la femme boulimique de la vie des 50 ans,

et la femme démolie des 60 ans.

Avec Madeleine, sa sœur, les « cinq » Albertine(s) dialoguent entre elles et font le bilan d'une vie brisée. »

En attendant la suite de nos aventures, nous avons encore beaucoup d’actions à mener pour trouver les financements nécessaires pour réaliser cette magnifique aventure (recherche de subventions, mécénat d’entreprise etc.). Mais bonne nouvelle ! Déjà deux entreprises locales nous soutiennent : WORK 2000 et COSERVIT. Nous venons également de lancer un Crowdfunding (financement participatif) afin d’inviter un maximum de personnes à nous soutenir dans notre projet. Pour plus d’infos https://fr.ulule.com/albertine-12/

A très bientôt pour la suite de cette aventure…      

 

 

 

Chapitre 5

 

Des nouvelles du projet Albertine !

Nous voilà en pleine collaboration avec nos partenaires. Les premières réunions  tous ensemble ont été l’occasion de faire connaissance, d’échanger sur la pièce, sur sa dramaturgie et sur les attentes du metteur en scène pour que chacun s’en imprègne. Mais très vite les premières contraintes techniques sont apparues pour chacun d’entre nous et, ensemble,  tout est discuté, contourné, réglé laissant à chacun sa part de créativité.

Après avoir découvert les esquisses des costumes de chacun de leurs personnages, le choix du tissu et les idées très créatives de Monica et Maryline, les comédiennes ont réalisé les premiers essayages aux Ateliers Marianne début octobre. Un vrai bonheur d’avoir pu rencontrer les couturières en charge de chaque costume: échanges sur des petits bouts de vie, sur les projets de chacun, mais aussi sur la pièce, sa dramaturgie. Des instants de partage  et de joie pour tout le monde.

Début Novembre, une lecture de la pièce au sein des ateliers Marianne va permettre à toutes les couturières de découvrir  la pièce et la poésie de son texte, les personnages qu’elles habillent et les émotions dégagées.

Nous avons également commencé notre collaboration avec Gaêl, vidéaste au sein de la Maison de l’image. Il est venu assister à plusieurs « filages » en présence de Benoit, le metteur en scène,  et a pu tester la  projection de plusieurs types d’images sur des prototypes des costumes. Quelles images peuvent mettre en valeur, le jeu des comédiennes, le texte ? Quand faut-il les utiliser ?   Beaucoup de questionnements pour tout le monde. Ce travail est une vraie découverte pour nous. Chacun apporte ses idées, ses réflexions. Nous avançons à tâtons en faisant des progrès répétition après répétition.

 

Les comédiennes, de leur côté, se rendent compte que la projection de vidéos sur leur costume va leur demander une grande précision dans leur placement sur le plateau : une difficulté supplémentaire qui, pour l’instant, vient perturber le travail de mémoire.

Quand au metteur en scène, son rôle reste déterminant et primordial, dans cette aventure : il ne doit pas perdre le fil de sa mise en scène tout en tenant compte des contraintes de l’utilisation de la technologie qui doit se mettre au service de la dramaturgie

Malgré toutes ces difficultés, ces doutes, ces questionnements, tout le monde reste enthousiaste et fait tout son possible pour être créatif et efficace. Ecoute, dialogue et complémentarité dans le savoir-faire autour d’une oeuvre : nous en rêvions et nous sommes en train de le réaliser.

De très très bonnes nouvelles arrivent : avec l’appui de la Mairie de Meylan, la première de notre spectacle se déroulera sur la superbe scène de L’Hexagone (scène nationale Arts-Sciences).  Par ailleurs, grâce à notre partenariat de longue date avec eux, l’Hexagone nous donne la possibilité d’utiliser leur plateau pour une répétition pour mettre au point la projection vidéo avec lumière avec l’aide des régisseurs et techniciens de la salle. La salle du Laussy, elle aussi nous propose son plateau pour une autre répétition dans les conditions d’une représentation.

Beaucoup de choses nous restent encore à faire, des difficultés sont encore à franchir mais l’implication de chacun et la bonne humeur ambiante  nous permettent de rester sereins par rapport aux objectifs que nous nous sommes fixés.

A bientôt pour la suite de nos aventures !

LA TROUPE

 

 

Chapitre 6

Dernière ligne droite…

Janvier 2017.

J – 24 avant la première.

Mais revenons sur les mois de novembre et décembre qui ont été intenses pour la Troupe.

L’Hexagone, scène nationale Arts - Sciences de Meylan nous a mis à disposition son plateau une journée afin que nous puissions répéter en condition avec régie lumière et vidéo. Nous constatons rapidement qu’une journée ne suffira pas : la régie lumière classique des projecteurs modifie beaucoup les images et le rendu attendu par la projection vidéo. Il va falloir retravailler les images, les couleurs pour que la dramaturgie de la pièce soit mise en valeur. De leur côté, les costumières sont également sur le pont. Leurs prototypes fonctionnent, elles peuvent continuer à faire évoluer les costumes.

Nous réalisons à la fin de cette journée que cet ambitieux projet exigerait une résidence sur plusieurs semaines, dans un théâtre avec et le collectif artistique au complet, et les régisseurs et techniciens de la salle. Mais que nenni ! Nous n’avons pas de résidence, des moyens limités. Nous allons donc devoir trouver rapidement un autre « plateau » pour faire de nouveaux essais en conditions réelles. Nous frappons à plusieurs portes. Le Laussy à Gières est sensible à notre projet et nous propose rapidement une journée de répétition avec leurs régisseurs. De nouveaux essais vidéo sont réalisés. Les costumes peaufinés. Benoit, notre metteur en scène, jongle entre la mise en scène, la vidéo, les costumes, la régie lumière. Les comédiennes apprivoisent les lumières, la vidéo, les placements. Le texte tourne en boucle ! Nous réalisons la chance que nous avons d’être entourées de professionnels mais nous réalisons aussi l’ampleur du projet. Chacun va devoir travailler avec ardeur après cette journée de répétition. Il reste encore un bout de chemin à faire avant le résultat souhaité.

Un petit tour à Experimenta, salon Arts Sciences Technologie qui montre que la rencontre entre les nouvelles technologies et la création artistique ouvre les possibilités vers des usages surprenants, décalés nous a fait prendre conscience que de tels projets prennent souvent des années avant d’aboutir. Et nous, troupe amateur, nous avons quelques mois. Mais nous aimons relever des défis. Aller vers d’autres horizons, là où l’on ne nous attend pas.

Le temps passe vite, les « italiennes » s’enchaînent pour maîtriser le texte et travailler la justesse des intentions.

La pression monte peu à peu, mais nous sommes confiants. Le bateau arrivera à bon port dans quelques semaines, c’est sûr…

 

 

 

Chapitre 7

Journal de la création : Dernier chapitre

Mardi 24 janvier, Hexagone, Scène nationale Arts- Sciences (Meylan) : La première

Nous y sommes. Lundi 23 janvier, l’Hexagone nous a mis à disposition le plateau pour créer les lumières avec les contraintes des projections vidéo. Les images projetées sur le fond de scène noir et sur nos costumes fonctionnent peu, sont peu visibles. Déception, réflexion, interrogations sont à l’ordre du jour. La régisseuse essaie de faire des miracles, ajuste au mieux les lumières pour que l’on voit nos visages, nos expressions sans annuler les images.

Nous sommes face à nos limites. Les projets professionnels se font sur plusieurs semaines, plusieurs mois : toutes les journées y sont consacrées. Nous n’avons eu que 3 jours de répétitions en condition de représentation. Heureusement, nous avons la journée du mardi, jour J, pour réajuster les choses. Nous savons que la vidéo sera le point faible de la création et qu’il nous faudra retravailler cette partie ultérieurement. La conduite lumière est prête.

Cette soirée doit être un moment de fête et de convivialité, pour tous, public et équipe artistique : nous attendons environ 200 personnes. Nous organisons une buvette, accueillons les vidéastes venus filmer la pièce, les photographes venus prendre des clichés, Maryline notre costumière des ateliers Marianne, nous rejoint dès 18h pour nous aider à parfaire nos maquillages et coiffures. La tension commence à être palpable. Nous voulons prendre et donner un maximum de plaisir.

19h30 démarrage d’Albertine en cinq temps… 240 personnes ont répondu présentes. Derrière le rideau le régisseur essaie de nous détendre. Ouverture de rideau. Nous sommes parties pour 1h20 de représentation. Nous filons le texte en nous souciant de nos placements, pour que la vidéo soit bien projetée sur nos costumes. Nous prenons plaisir à jouer le texte de Michel Tremblay. Dernière tirade, saluts, applaudissements, temps d’échange avec la salle, Benoit, Maryline et Gaël. Une Québécoise est dans la salle. Elle semble avoir apprécié notre travail. Plusieurs questions sur les costumes, les âges des personnages, le rôle de la vidéo. Photos sur le plateau avec tous les soutiens du projet. La soirée se poursuit autour d’un verre avec le public, puis débriefing plus tard entre nous.

Cette première est le début d’une nouvelle période de travail pour nous. Les retours des spectateurs vont nous permettre de réajuster, retravailler jusqu’à ce que la pièce corresponde aux attentes du metteur en scène. Un spectacle reste en création longtemps.

Nous remercions encore nos mécènes, les Ululiens, nos partenaires, nos soutiens et les bénévoles sans qui ce projet n’aurait pas vu le jour. Notre prochain défi sera d’emmener cette pièce au Québec et qui sait de rencontrer Michel Tremblay pour lui montrer l’adaptation de son œuvre.

 

Merci à tous…

 

 

AFFICHES PASSEES

- FLANERIE ARTISTIQUE

Création montée pour animer la journée du patrimoine de la commune isèroise de Meylan.

"Flânerie artistique" est un parcours déambulatoire d’une scène à une autre du théâtre classique dans le magnifique lieu du Clos des Capucins.

Ce spectacle permettait au spectateur de s’imprégner de l’atmosphère du lieu tout en découvrant ou redécouvrant de beaux textes .

 

 

LA TROUPELA TROUPE

AU TRAVAIL !

Metteuse en scène : Christine Brotons

Adaptation de l'oeuvre de Studs Terkel " Working" et de la pièce de Rémi de Voos "Débrayage". Création caustique et décalée mêlant réalité et fiction. Cette pièce tout en traitant un sujet souvent brûlant et sensible dans l’actualité faisait passer au spectateur une soirée de détente, mélangeant gravité et dérision voire même loufoquerie.

LA TROUPELA TROUPE

 

CALENDRIER DES REPRESENTATIONS A VENIR

"L'enfer Parmentier"

 

"Pschitt !!  Causeries volubiles pour 6 femmes"

Samedi 21 octobre 2017 Festival  "Rumilly sur scène"  à Rumilly (Haute Savoie)

 

"Albertine en cinq temps"

Mardi 30 janvier 2018 Salle du "Laussy" à  Gières (Isère)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

REPRESENTATIONS PASSEES / SALLES ET FESTIVALS

 

PSCHITT !! "Causeries volubiles pour 6 femmes"

Janvier 2012             Maison de la musique à Meylan (Isère)

Mars 2012                Château de Montalieu à Saint Vincent de Mercuze (Isère)

Avril 2012                 Salle des fêtes à Le Sappey en Chartreuse (Isère)

Mai 2012                  Festival amateur de "La Faiencerie" à La Tronche  (Isère)

Juillet 2012              Château de l'Arthaudière  Saint Bonnet de Chavagne (Isère)

Novembre 2012       Salle des fêtes de Châtillon en Diois (Drôme)

Décembre 2012       Festival  "Coup de théâtre" à Tullins  (Isère)

Décembre 2012       Festiatre,  festival de théâtre amateur de Saint Egrève  (Isère)

Mars 2013                Festival d' Armoy (Haute Savoie)

Avril 2013                 Festival  "Les Aveyrinades" à Les Avenières  (Isère)

Septembre 2013      Salle du" Laussy" à Gières  (Isère)

Octobre 2013           Festival "Acte Seez" à Seez (Savoie)

Mai 2016                  Maison de la musique à Meylan  (Isère)

Septembre 2016      La Balme de Sillingy (Haute Savoie)

Mai 2017                  La ferme d'antan Crolles  (Isère)

Juillet 2017               Festival  « Les 3 Coups » de La Tania.  (Savoie)

 

 

L'ENFER PARMENTIER

Février 2014             Le Petit Théâtre de Grenoble (deux représentations) (Isère)

Juin 2014                 Théâtre de La Faiencerie à La Tronche (Isère)

Septembre 2014      Festival  "Les Tréteaux de Voiron" à Voiron (Isère)

Octobre 2014           Festival "Théâtra" à Saint Louis (Alsace)

Janvier 2016            Salle du  "Laussy" à Gières (Isère)

Mai 2016                 Festival des "Escholiers" à Annecy (Savoie)

Août 2016               Festival de "la cour du vieux temple" à Grenoble (Isère)

Mars 2017               Salle des fêtes de Buvin -proche de Les Avenières. (Isère)

Avril 2017               Salle de spectacle "Le bois aux dames" Samoens (Haute Savoie)

 

ALBERTINE EN CINQ TEMPS

Janvier 2017          Hexagone de Meylan scène nationale Arts - sciences

 

  

 

ACTIONS PONCTUELLES

Outre la participation à des festivals de théâtre amateur et des représentations dans des salles, Coup de Théâtre porte une grande importance et est très vigilant à ce que « LA Troupe » présente ses spectacles à des publics de tout horizon et dans des paysages variés. Des exemples pour illustrer cette démarche :

  • Avec une association d'aide aux handicapés, présentation d'extraits de pièces de Molière à une journée anniversaire de l'association, au repas de fin d'année, etc.
  • Avec des associations de sauvegarde de patrimoine, organisation de manifestations avec représentation théâtrales, visite du patrimoine, repas....
  • En milieu rural avec  des associations d'animation, représentations de nos créations théâtrales avec rencontre du public.
  • Animation de journée du patrimoine.
  • Animations culturelles avec d'autres associations artistiques

 

 

Partager cette page